1937: Marseille-Pagnol

En faisant appel d'une part à Vincent Scotto et Alibert et de l'autre à Marcel Pagnol, M. Max Maurey savait très bien ce qu'il faisait.

Non seulement il "montait" Marseille à Paris, mais il allait à la fois par l'opérette et la comédie atteindre un nouveau public, nostalgique des vacances sur la Côte d'Azur ou méridional exilé dans la capitale. Pendant dix années sur la scène des Variétés, ce sera un festival "d'accent", de galéjades et de chants de cigales. Les coulisses sentiront la bouillabaisse et l'aioli. On ne parlera plus que de pastis. On usera des centaines de pantalons blancs. Une certaine idée du "midi" sera ainsi créée, pas toujours d'un goût exquis mais souvent fort distrayante. L'opérette marseillaise eut un très grand succès qui permit aux Parisiens d'oublier pendant quelques heures les sombres chagrins de la guerre.

Un de la Canebière, d'Alibert et Vincent Scotto est joué pour la première fois le 3 avril 1936 et restera au répertoire pendant dix ans. Son succès sera toujours complet. Les Gangsters du Château d'If auront moins de chance (1937), Le Roi des Galéjeurs (1938), Ma Belle Marseillaise (1940) d'Alibert et Marc-Cab, C'est tout le Midi (1941) seront de grands succès.

En 1942 on reprend Marius de Marcel Pagnol, puis on joue Paris Marseille d'Alibert et surtout Au Pays du Soleil de Vincent Scotto et Alibert, avec Rellys, un grand classique du genre.

En 1943 on joue Fanny de Marcel Pagnol et A la Marseillaise d'Alibert. On reprend Un de la Canebière en 1944 puis on joue pendant vingt jours le Don Pasquale de Donizetti pour retourner bien vitee Au Pays du Soleil pendant quatre mois.

Trois de la Marine d'Alibert et Vincent Scotto est créée le 25 novembre 1944, puis on reprend Marius une nouvelle fois, avec Henri Vilbert, Raymond Pellegrin et Robert Vattier, tandis que l'année se terminera sur Les Gauchos de Marseille.

En 1946 la vogue marseillaise - la marée - commence à baisser. On reprend Au Pays du Soleil ainsi que César de Marcel Pagnol avec Orane Demazis et Henri Vilbert, qui termine la trilogie célèbre et vient clore cette période ensoleillée.

En 1947 Rellys jouera sans grand succès Freddy la Valise de Jean Boyer, tandis que Voici Marseille en 1948 marquera le dernier rayon du soleil couchant sur la statue de "la Bonne Mère…"